Journal de marche … le mois de Septembre :

2 Septembre

Des crêpes ou le liquide est remplacé par une purée d’ortie berce, accompagné d’une omelette de lierre terrestre et gaillet, un peu d’ail..
La méthode s’affine ?
Pour améliorer le quotidien et améliorer la nutrition un peu de farine quelques œufs rendent le voyage délicieux

2a-92b-9

3 Septembre

Catherine Fostier : Coucou les copains… deuxième jour de marche avec Vianney. ☀️

Bonne chaleur la journée, une bonne quinzaine de km par jour, pomme et noisettes pour la pose du midi, cueillette de mures et le soir préparation de délicieuses galettes à base d’ortie, berce et plantain..
c’est top…venez donc en faire autant…
Vianney sera ravi de votre compagnie.
Pour ceux qui ne le connaissent pas,
allez donc sur sa page Initiation à la vie sauvage pour suivre son périple de trois mois de la Baie de Somme à Sète.
20h40 bientôt l’heure du repos bien mérité

3a

3b

3c

3d

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 Septembre

Une de mes sempiternel salades sauvages ? celle ci est au quinoa sauvage (chenopode blanc) et au lierre terrestre, des fleurs de pissenlit, salicaire, mauves et joubarde viennent parsemer l’ensemble et en font un mesclun très bon.
Bien que l’amie 
Catherine Fostier à eu du mal à digérer tout ce bonheur. Moi ça va, j’ai l’habitude.
Aujourd’hui nous avons rejoins Chaumont et filons vers de nouveaux horizons qui a cette heure ci sont parsemé d’étoiles

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5 Septembre

Voici le plat du midi, pommes, mûres, noisettes en vinaigrette. Une vraie bonté en bouche
Et dernière soirée avec 
Catherine Fostier ou l’on a trinqué la mousse dans une ambiance de mémoire et de présent. Merci à toi. Merci à vous d’être la dans cette paléolithique aventure 

5a

6 Septembre

Je me suis fais un oreiller avec des fleurs de houblon, c’est d’un confort fabuleux. Les parfums de cette plante ont des vertus soporifiques, ce qui la rend parfaite pour des nuits rêvé

 

7 Septembre

Aujourd’hui je suis en pause pour la correction finale de mon bouquin « manuel de la vie buissonnière » manifeste pour une cueillette sauvage « . Je vous invite à découvrir cette page issu d’un nouveau magazine qui se nomme » Iggdrasil  » une merveille de résilience et d’envie de bien faire. À vous tous https://www.facebook.com/YggdrasilMagazine/

 

9 Septembre

Les beautés qui m’entourent sont si chatoyantes, délicates de sensibilité, d’énergie, de légèretés, d’encrage, de tendresses relationnelles. Que j’ai bien du mal à vous en faire un tableau qui en possède les lumières.
Mais bon regarder à sa fenêtre, ou encore un jardin doit offrir à vos yeux quelques choses d’équivalent.
Sauvagement votre

9

11 Septembre

Une belle rencontres dernièrement avec des élèves du lycée agricole de langre. Prochainement je passerai les 600 km qui représentent la moitié de mon parcours
Et aujourd’hui comme hier, je me gave des fruits que m’offre cette délicieuse saison.

11

12 Septembre

Ce matin, sur les bords de la Marne, en France, une femme allemande, habitant en Espagne, m’a offert un café américain dans une cafetière italienne. Tout cela avec une telle gentillesse que j’ai failli en perdre mon Latin.
Maintenant caféiné comme costériquain je reprends la route car le sud m’attend

Repus
En me baladant, 21 km, aujourd’hui j’ai rencontré un jeune couples venant de Bruxelles partant à vélos pour un tour du monde de 2 ans et un autre bien charmant en bateau, qui apparemment son venue San Bruno, avec qui nous a partagé nos plats et sauvages et civilisés. Une belle journée sur les canaux de la Marne.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

13 Septembre

Hier fut une très belle journée, les espaces sans pensées laissant la place à la bucolie, j’ai pu prendre le temps de faire écouter de la musique classique à des bœufs. Hé bien contrairement à ce qu’on en dit les bœufs ne sont pas des brutes et semblent avoir l’âme sensible et un côté fleur bleu. Quelques baignades en eaux fraîches ont ponctué mes heures et enfin, en fin de journée une rencontre c’est fait. Un type bien sympa, retraité mais jeune quand même, qui m’a invité chez lui et à invité ses amis. Nous avons partager nos repas et ensemble et avons passé une excellente soirée de partage convivial.
Maintenant me voilà dans vrai un lit avec un vrai matelas et un chat qui ronronne.
No mad’s land

Pour profiter de l’occasion magnifique de cette traversée sauvage, je fais ce soir une marche sous la lune. C’est un tout petit pas pour l’humanité, mais au moins, ça c’est fait.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

16 Septembre

Les endroits que je traverse sont beaux comme des roses et parfois me mènent dans des sentiers bouché comme un évier et m’oblige à passer par des voies si dangereuse que les plaisirs se transformes en une vigilance de terrain de guerre. La vie sauvage c’est aussi risquer sa vie par la rencontre impromptu avec la civilisation.
Prendre soins de soi

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

17 Septembre

30 km de marche, ma charrette est fourbue et se roule sur le dos de mécontentement. Du jamais vu, il faut que je reste à l’écoute, il me semblait bien l’avoir entendu couiner aujourd’hui…

Le tord est redressé, on a passé une mauvaise pente mais il n’y a rien de cassé entre nous. Pas d’inquiétude !!

17a

18 Septembre

Encore une journée extraordinaire ou les rencontres se succèdent en intensité. D’un gamin qui m’offre des légumes de son jardin en questionnant avec le plus vif intérêt le potentiel du monde que je lui expose, à l’étudiant qui me guide dans la ville de Châlons sur Saône, à ce couple ecolo-charmant qui m’accueille chez eux pour y causer de leurs engagements pour la planète.
De plus, mon bouquin est bientôt prêt à apprendre à qui le veut à vivre avec une totale autonomie alimentaire sauvage ou partiellement s’il le souhaite, le tout garni de recettes délicieuses conçu par un chef du genre.
Bref, à la fin c’est nous qu’on va gagner. L’aventure du vivant est trop belle pour la laisser passer
Crédit photo : Yann Monel

18a

22 Septembre

La saison des pluies commence. Les gouttes enchantent mes oreilles et l’humide froid tente ses passages. La gestion de ce genre de paramètres est à prendre en compte de façon précise et fait pleinement partie de ce qui importe dans la zone de confort à préserver absolument. Le repos pour régénérer le corps, l’alimentation pour aussi le soutenir dans l’effort, être propre pour se Sentir bien, rester au sec malgré la pluie…
C’est une exigence de la nécessité, qui par le motif de ce genre de balade, crée une façon de penser pratique, en relation avec ce que nous donne à vivre le monde. Sans le chichi de ce que la publicité appel « le bonheur »

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.